15.3.05

Communiqué de la Libre pensée nationale (14 mars 2005)

L’esprit saint a encore frappé




Prenant la relève de l’AGRIF, sous-marque du Front national, l’Eglise catholique vient de demander et cette fois d’obtenir l’interdiction d’une affiche. Il s’agit d’une photo publicitaire, interprétation tout à fait anodine de la Cène, le tableau de Léonard de Vinci. Le tribunal a vu là et contre l’avis du parquet, « un acte d’intrusion agressive et gratuite dans le tréfonds des croyances intimes ». Ce qui est purement et simplement la reconnaissance juridique d’un délit de blasphème qui n’existait pas, jusqu’à présent, dans le code pénal.
Au-delà de ce qui ne restera peut-être qu’une péripétie judiciaire, puisqu’il a été fait appel de ce jugement, l’Eglise a montré, un siècle après la promulgation de la loi de séparation, qu’elle n’avait pas changé. Son pseudo discours d’ouverture cache mal sa volonté de vouloir, encore aujourd’hui, régenter les esprits et les mœurs. Ainsi, pour elle, « la liberté de création doit être confrontée à la liberté de croyance ». En d’autres termes, la liberté de création doit être mise sous tutelle religieuse. Décidément, à Paris comme à Rome, l’obscurantisme le dispute toujours à l’intolérance.